RÉVISION GÉNÉRALE DES POLITIQUES PUBLIQUES VUE PAR LE GOUVERNEMENT

Publié le par Syndicat Force Ouvriere Territorial 17

Est-ce une modernisation? Non
Une démolition? Oui!

Le Président de la république et son gouvernement viennent d’annoncer les premières décisions en matière de révision générale des politiques publiques.

Sans aucune concertation, tant des agents que des citoyens, la démarche est présentée sous forme «d’amélioration de la qualité des services publics» alors que la seule vraie priorité est le retour à l’équilibre des finances publiques d’ici à 2010 et au plus tard 2012 par suppression d’emplois notamment. L’objectif recherché est d’économiser 10 à 15 milliards d’euros par an.

Ainsi les premières annonces concernent des réorganisations des administrations, «recentrées sur le coeur de leurs missions», afin d’obtenir «un État réorganisé et allégé».

Pour ce faire, tout est sur la table: «fusion de direction et/ou services (Impôts – Trésor ; DDE et DDA; ANPE et UNEDIC…) allègement de procédures (contrôle de légalité recentré sur les sujets à risques…) voire externalisation (permis de conduire…)» etc.

Et les personnels ne sont pas oubliés!

En effet, «la rénovation de la gestion des ressources humaines» passerait notamment par
> le «développement de la culture du résultat et le suivi individualisé des agents».
> la diversification des recrutements, l’accroissement des échanges public-privé
> la mise en place de primes encourageant la mobilité, création d’une indemnité de départ volontaire…

Toutes les annonces de M. Sarkozy à Nantes en septembre 2007 sont reprises dans ce catalogue de décisions.

«J’ai décidé, appliquez»… la discussion-négociation préalable est proscrite!

Au fait, le débat « Valeurs, missions et métiers de la Fonction publique » lancé le 1er octobre 2007 pour un livre blanc fin mars 2008 a-t-il encore un sens?

Ne serait-il pas plutôt le livre blanc d’accompagnement des décisions présidentielle ?!

Et les conférences sur les parcours professionnels, les conditions de travail, le dialogue social, ne vont-elles pas être uniquement utilisées par le gouvernement pour justifier ces décisions présidentielles.

La refondation ainsi annoncée de la Fonction publique – de l’État en particulier – mais également du Statut Général, laisse un goût très amer sur l’avenir des valeurs républicaines, dont l’égalité de droit des citoyens, et sur la conception des services publics.

Ces annonces récentes, également contre le Statut de la Fonction publique pour l’individualisation des rémunérations, pour la réduction aveugle et budgétaire des effectifs s’inscrivent dans un décrochage accentué avec les valeurs républicaines.

Enfin, malgré les grands discours sur le dialogue social, la nécessité du débat, le Président dicte les mesures et souhaite que nous l’accompagnions dans sa démarche.

Or, pour Force Ouvrière, défendre les services publics, leur qualité, et leur efficacité est notre première démarche et ne peut souffrir de remise en cause.

C’est bien une vision libérale ou plutôt américaine de la future Fonction publique souhaitée par le Président de la république: «fonctionnaire kleenex, ou spoil-system» très USA!

Cela va aussi bien comme définition pour tout ce qui est aujourd’hui collectif car solidaire telle la protection sociale à travers une nouvelle franchise, la tarification à l’activité à l’hôpital… riche, pauvre…

Une élection présidentielle n’est pas un plébiscite donnant tous les pouvoirs à l’élu et lui permettant de considérer comme illégitime tout mouvement ou organisation qui marquerait son ou ses désaccords.

La riposte contre une telle vision libérale, contraire à tous les intérêts particuliers de tous les salariés, même et surtout de la Fonction publique est indispensable.

mercredi 12 décembre 2007
http://www.fo-fonctionnaires.fr/

Commenter cet article