Changement de gouvernement

Publié le par Syndicat Force Ouvriere Territorial 17


Tirant les conséquences du résultat des élections municipales, le Président de la République a
annoncé dans une allocution télévisée le 31 mars 2014 un remaniement ministériel. Il a présenté les
grands axes de la politique du nouveau gouvernement conduit par Manuel VALLS.
Le Président de la République fait le choix de maintenir l’austérité découlant du Traité budgétaire
européen qu’il a ratifié au printemps 2012.
Ainsi, il confirme les 50 milliards « d’économies budgétaires » le « pacte de responsabilité » et
annonce un « pacte de solidarité » pour plus de « justice sociale ».
Avec ce nouveau pacte, le Président de la république fait le choix de la « baisse des cotisations
payées par les salariés » pour « le pouvoir d’achat ». Autrement dit, au lieu d’augmenter les salaires
pour améliorer le pouvoir d’achat, il propose moins de protection sociale. Telle est sa conception de la
justice sociale : stupéfiant !


Dans les faits, cela conduira à baisser les recettes de la sécurité sociale, aggravant ainsi ses
difficultés de financement. Cela pose la question de la crédibilité de l’annonce visant à placer «la
santé comme une priorité», alors que les hôpitaux publics sont confrontés à un manque criant de
moyens (400 millions d’euros de déficits pour la seule année 2013, dixit la Fédération Hospitalière de
France).


Il poursuit la « réforme de l’organisation des territoires » confirmant ainsi la décentralisation, la mise
en place des métropoles et le démantèlement des collectivités territoriales. La remise en cause de
l’égalité républicaine et la réduction de l’accès aux services publics vont ainsi s’aggraver.
La fédération FO des personnels des services publics et des services de santé ne saurait souscrire à
de telles orientations et s’inquiète de l’avenir des services publics et de ces personnels. Plus que
jamais, la fédération FO des SPS réaffirme ses revendications en toute indépendance et sur un strict
terrain syndical :


• Pour l’augmentation générale des salaires dans le public comme dans le privé ;
• Pour l’arrêt des suppressions de postes et la création des emplois nécessaires ;
• Pour la préservation de la sécurité sociale ;
• Pour un service public républicain.


Cela suppose de rompre avec le « pacte de responsabilité », avec l’austérité.
La fédération l’exprimera aux différents nouveaux Ministres dès leur installation et, si elle n’était pas
entendue, prendra toutes ses responsabilités comme elle l’a fait le 18 mars en appelant à la grève
interprofessionnelle.


Le Secrétariat Fédéral Paris, le 1er avril 2014

Publié dans Communiqué FO

Commenter cet article